Bébé étapes à la collecte-kishore singh – pc businessworld

collectionneurs d’art sont notoirement capricieux avec leur goût et leur argent définissent polyhydramnios. Ici, j’utilise le terme « collector » à bon escient comme quelqu’un avec un budget et un mandat de recueillir l’art comme une pensée sur la stratégie, non pas seulement quelqu’un avec quelques peintures sur les murs vantant les signatures d’artistes bien connus comme rien de plus que décoratif accessoires. Un collectionneur est quelqu’un qui apporte l’intérêt, la connaissance et le désir d’acquérir des œuvres d’une certaine période ou un genre, ou « école » pour des raisons connues d’eux seuls. Ou, au moins, c’est l’intention, mais tout collectionneur, peu importe son budget se retrouve rapidement l’exercice enivrant et accablant en tant qu’artistes, galeristes et maisons d’enchères commencent à les séduire par leurs offres. Il est seulement une question de temps avant qu’ils commencent à ajouter des artistes à leur répertoire qui n’a pas eu lieu dans les plans de collecte d’origine. Ce n’est pas mon cas que la collecte ne doit pas être joyeuse ou spontanée, mais ici, il est le pouvoir de patronage qui est enivrant. Peu importe le code icd 10 pour polyhydramnios. La mise au point peut être dilué un peu, mais diable, ils, au moins, se rendre compte que la collecte – contrairement à l’investissement – vit la vie avec passion et intelligence. Et cette intention est d’être envié.

Pourtant, je fus surpris quand mon fils, un avocat, a voulu savoir « comment collecter » l’art. « Tu veux dire investir? » Demandai-je, car je savais qu’il cherchait à mettre certains de ses économies dans des silos non conventionnelles. Il se trouve, alors qu’il n’a pas été avare de faire un peu d’argent par le biais de l’angle d’investissement, il était véritablement intéressé à la collecte en raison de l’effet de levier, il lui a donné parmi son groupe de pairs comme quelqu’un qui « compris » l’art. C’est un cache intellectuel au-delà de connaître le plus branché café dans le quartier, ou vêtu d’un costume Zegna, et est extrêmement puissant. Comme je l’ai souvent signalé à un public d’art, alors il peut y avoir de nombreux collectionneurs qui pourraient posséder une œuvre de Raza, chaque peinture est toujours unique et permet un dialogue sur qui est mieux en raison de sa qualité, ou d’une période ou une autre attribuer – une gouaille (et esprit de camaraderie) sans fin.

Mais guider vos propres enfants est plus difficile que d’aborder une salle pleine d’étrangers sur le fond de la collecte parce qu’ils ne sont pas susceptibles de faire des évaluations grossières sur la façon dont un écrivain d’art est probablement juste un collectionneur échoué. La plupart du temps, je me dispute avec mon fils sur la prémisse qu’une collection, mais éclectique, doit avoir une mise au point. « Collectionnez les artistes abstraits des années 1960, » Je suggère de lui « ou PaperWorks de l’école du Bengale, ou des paysages par les Progressistes, ou lithographies. »

Dans un premier temps, mon fils n’a pas été impressionné traitement polyhydramnios. Il voulait en savoir plus sur les artistes qui étaient moins bien connus que les maîtres établis, mais avec le potentiel « pour devenir le prochain Husain », un sentiment que je l’ai entendu exprimé à plusieurs reprises dans les conversations autour d’artistes contemporains, mais il semblait plus intéressé par le génération plus âgée en raison du plus grand corps de travail qu’ils avaient à leur crédit. Je suis d’accord qu’il y avait un risque quand il est venu aux artistes émergents, mais il pourrait être utile de prendre aussi longtemps que vous avez aimé le travail de quelqu’un. J’ai aussi expliqué les pierres angulaires traditionnelles de collecte: la qualité, la rareté, l’historicité et la liquidité.

Mais mon fils a persisté dans sa demande de noms d’artistes qu’il pourrait étudier, donc, pour l’enlever mon dos, je partage une liste de ceux dont le travail que je pensais était excellent, mais qui n’a pas obtenu l’attention qu’ils méritaient. « Regardez ce que les autres collectionneurs ou des musées, acquièrent, » Je l’ai mis en garde. Heureusement, l’Internet a rendu la tâche de recherche facile, et donc, entre les poursuites judiciaires et les injonctions de dépôt ou d’appels gagnants, mon fils a commencé à rassembler des informations sur les carrières et les influences de ces artistes, qui les avaient patronnés, cherchant national prix, les acquisitions des musées, des expositions importantes et l’élaboration de comparaisons de prix basé sur la galerie ouï-dire et des résultats d’enchères. Il m’a envoyé des comparaisons lourdes avec des détails d’œuvres sur toile ou sur papier avec des estimations de prix, et juste au moment où je pensais qu’il pourrait lasser de cette poursuite, il m’a surpris en choisissant l’œuvre d’un artiste que la plupart des gens hésiteraient plus, lui demandant s’il pensait qu’il pourrait faire un bon début de collecte.

Voilà comment il est venu d’acquérir une peinture de Rabin Mondal. Intitulée Magicien, il est une œuvre d’une grande autorité, mais pas quelque chose un collectionneur assaisonnés pourrait désirer ce qui est polyhydramnios pendant la grossesse. Le test de toute collecte sérieuse est d’éviter les pièges de ce que les critiques dénigrent comme art décoratif, quelque chose qui pue de la beauté pour elle-même. Ici, la contribution des modernistes du Bengale – Mandal parmi eux – n’a pas été sans fondement. Leur travail est un commentaire sur l’obscurité et larmoyante, communiqué avec compétence: si la série Prostituée de Sunil Das, Bikash Bhattacharjee de façon réaliste rendus, sinistres (et sans yeux) habitants des habitats de mauvais augure, aquarelles sombres de Ganesh Pyne, ou les complaintes à la violence de Somnath Hore. Les fortunes de ces artistes ont oscillé comme le Sensex, mais leur importance n’a pas estompé en raison de celui-ci.

Impressionné, je livrais mon fils un peu plus par le biais d’art contextes historiques. Nous avons parlé des mouvements artistiques catalytiques alors qu’il a continué à aspirer à trouver un pied de collecte parmi une liste d’artistes qu’il était venu admirer. Certes, il connaissait un artiste contemporain qui fait qu’il lui « a commandé » un nom pour elle-même pour sa technique et des matériaux, afin de lui faire quelques travaux comme un geste amical. Mais il a également continué à travailler avec des informations et des feuilles de calcul Excel des prix, me envoyer des messages texte urgents avant toute vente aux enchères à venir.

« Nous devons couvrir nos paris sur Rajendra Dhawan et Bimal Dasgupta, » il SMSed complications polyhydramnios. Les deux sont des artistes abstraits, lui-même un genre qui est difficile pour les collectionneurs de se réconcilier avec. Dhawan a vécu et travaillé à Paris, et bien il a travaillé avec des couleurs sombres, il y a un lyrisme comme haïku sur ses coups de pinceau. Bimal Dasgupta a commencé sa carrière dans les huiles sur toile impastoed en couche épaisse, mais déplacé à l’acrylique dans une palette plus brillante. « Il est devenu allergique aux peintures à l’huile, » mon fils m’a informé, m’a impressionné par sa capacité à raconter les œuvres et leurs périodes d’intervalle.

Nous avons acquis leurs œuvres, quelques chacun. « Il vaut mieux que d’acheter un peu partout, » il m’a conseillé diagnostic polyhydramnios. Mon fils faisait allusion à restreindre le portefeuille – ma prémisse initiale – qui avait commencé à souffrir d’un espoir d’avoir quelques noms bien établis dans le panier, même si leur qualité était pas le meilleur: Husain, par exemple, ou Raza. Parce que quand il est venu à la crise, j’étais moins sûr pesant sur quelques artistes au lieu de répartir nos risques et y compris les maîtres dans le portefeuille, même si les travaux étaient faibles. Mon fils était insensible à ces prétentions. « Regardons à G.R risques polyhydramnios. Santosh, » il m’a dit, en soulignant que, si nous avions des représentations de ses plus connues des périodes figuratives et tantra au cours de laquelle ses styles diffèrent l’un de l’autre, il y avait une lacune quand il est venu à sa période abstraite étroite au cours de laquelle il a peint des paysages déformés . Nous renfermée sur une telle représentation. J’ai adoré le travail, mais était moins sûr de la popularité de son époque. « Il est rare, non? » Il m’a demandé. Je hoché la tête dans l’affirmation. « Ensuite, il est au moins un bon investissement », il m’a assuré. Je ne connaissais déjà?

Il est maintenant commencé à se comporter comme devrait collectionneurs sérieux. Il demande de meilleures images, si le travail est physiquement sur la vue et il est d’enchères en ligne. Il demande des rapports d’état, bien que ce soit un territoire difficile, et je pense que je devrais organiser un tête-à-tête avec un restaurateur pour l’aider à mieux comprendre les nuances de la restauration fait ou nécessaire. Il ne se contente pas de la plupart qui ont tendance à provenances être étriqués avec des informations réelles.

Entre les deux, il continue d’envoyer des photos des œuvres d’artistes, il a commencé à montrer un intérêt. Certains d’entre eux sont contemporains, dont le marché n’a pas repris depuis 2008, et je le lui dire. « Laissez-moi juste savoir ce que vous pensez du travail, » il persiste doux polyhydramnios pendant la grossesse. Je lui dis certains d’entre eux sont bons. « Voilà ce que nous devrions nous préoccuper », dit-il, « le marché va suivre la qualité. »

Ce qui est la raison pour laquelle nous recueillons aussi que moderniste par excellence, Jamini Roy. Dans une zone où la crainte de fakes est forte, mon fils me semble lui donner l’assurance de leur authenticité, et souligne ensuite comment « ordinaires » des œuvres de Roy commencent à chercher des prix plus forts aux enchères. En effet, en dépit de sa production prolifique, les œuvres de l’artiste sont de plus en plus à voir que les ventes aux enchères et deviennent de plus en plus difficiles à acquérir par des galeries. Nous avons eu la chance de tomber sur quelques-uns lors d’une vente privée qui a jeté les bases de la collecte une variété des œuvres de Roy, et il veut maintenant regarder plus ces « affaires ». Les gens ne veulent vendre des propriétés, soit parce qu’ils ne sont plus comme eux, ou parce qu’ils ont leur hérité de leurs parents, mais ont plus d’intérêt à l’argent que l’art polyhydramnios sévères. Mais quelle que soit la raison, où les ventes privées peuvent offrir une grande valeur, il faut procéder avec prudence pour éviter d’être vendus citrons.

Pendant ce temps, le courrier apporte chaque jour des catalogues et des invitations à des ventes, des ouvertures et des aperçus. Les responsables des relations appeler à la maison demande si mon fils est intéressé à mettre en une offre publique d’avance, voulant savoir s’il y a plus d’informations qu’ils peuvent partager avec lui, même si sa portée financière, jusqu’à présent, a été modeste. Compte tenu des heures de retard, il travaille, il manque la plupart des ouvertures, le champagne et les conversations qui sont une partie intéressante de collecte. Il aiguisant encore ses compétences sur la façon de recueillir, quelque chose ceux qui sont passionnés feront toute leur vie, mais au moins il est jeté son dévolu sur la gravité implique polyhydramnios doux. Et concentrer ou non, je sais qu’il veut un Souza « des années 1960, sa plus grande période », quelque temps avant cette décennie se épuise. Bien sûr, s’il y a un accord sur un dessin Sher-Gil Amrita ou croquis – il sait qu’il ne peut pas se permettre ses tableaux – vous savez où appeler. Un collecteur est en train de naître.