Pour les femmes noires, les soins peut être un acte radical – okayafrica

Ma mère est une femme de classe ouvrière du Ghana: elle trouve un certain luxe américain frivole. Pendant ce temps, je trouve une excuse pour acheter un thé à bulles, savourer la fierté que je ressens après une séance de yoga intense ou se sentent peu de culpabilité si je dois passer une journée sans rien faire. Nos différences générationnelles et culturelles flottaient dans l’air.

Ses pommettes hauteur, les yeux flottent en reconnaissance clinique de la colonne vertébrale mumbai. Elle rit nerveusement. "Eh bien … J’aime, vous le savez, essayer des vêtements et des bijoux dans mon placard. Vérifiez moi dehors," elle sourit.

J’imagine ma mère assez grosse, tourner autour de son rose pastel walk-in, regardant ses fesses et les hanches dans son miroir pleine longueur clinique dos et la colonne vertébrale. Je ne m’y attendais pas sa réponse, mais l’image m’a fait encore plus l’adore.

Je pensais qu’elle allait parler des petites indulgences que je l’ai vu prendre: en dégustant une tasse de thé avec un biscuit d’une belle boulangerie ou un morceau de chocolat; câlins autour d’un film africain sur YouTube; se traiter à un repas de saumon de son endroit préféré dans Herald Square. Au lieu de cela, ses méthodes d’auto soins impliqués vie privée, ornant elle-même et …

Il étonné, mais ne m’a pas surpris, que l’une de ses méthodes de soins personnels inclus altruisme. Comme les femmes noires, nous pensons souvent à tout le monde, mais nous, et les mères noires et les soignants sont surtout connus pour mettre les besoins de leur famille sur eux-mêmes. Voilà pourquoi les soins de soi est si important pour moi: il est une chance pour moi de me donner des priorités et dans mes désirs et besoins, sans se sentir coupable de prendre du temps loin de leurs amis, repos au lit et l’organisation de ma vie.

"J’imagine ma mère assez grosse, tourner autour de son rose pastel walk-in, regardant ses fesses et les hanches dans son miroir pleine longueur clinique de la colonne vertébrale atlantique. Je ne m’y attendais pas sa réponse, mais l’image m’a fait encore plus l’adore."

Ma mère dirige la question vers moi les cliniques d’avortement près de moi. Je me rends compte que les soins auto n’a pas une face, il peut être appliqué à plusieurs domaines de notre vie et il prend de nombreuses formes. À un moment donné, les soins auto signifiait regarder des vidéos Cardi B avant de se coucher. Après l’élection, cela signifiait rester hors médias sociaux et moi-même envelopper sous des couvertures cleveland centre de la colonne vertébrale clinique. Tout le temps, cela signifie pousser les anxieux, les pensées douteuses de mon esprit et de croire que je peux faire quoi que ce soit.

La lecture d’un livre stimulant, assis dans la nature avec un ami ou seul et me préparer un repas en bonne santé étaient parmi les réponses de base que je donne à ma mère. Je pense que la masturbation liste, mais est trop candide pour ma mère ghanéenne. Je lui ai dit que je médite, mais même cela est quelque chose que je pouvais faire plus souvent; l’idée de la méditation me inspire, mais dernièrement je l’ai trouvé est une telle accumulation d’atteindre cet état clinique de la colonne vertébrale uw. Prendre soin de soi est pas toujours facile.

Je me sens encore honte de mon Wanderlust, de cette envie, je dois partir, pour récupérer les morceaux de moi-même qui sont dispersés autour de la terre. Ma mère ne comprend pas pourquoi Voyage est si important pour moi, et bien d’autres jeunes. Il remonte à son être une femme qui travaille et un immigrant: pourquoi dépenser de l’argent à la sortie quand elle a passé toute sa vie adulte en essayant de construire une maison ici?

Audre Lorde. "Prendre soin de soi résiste à l’idée que nous devrions mettre nos familles, nos partenaires et les autres d’abord, et il préserve notre bien-être dans un pays où l’on apprend à nous ne pas aimer. Il est un acte de survie."

Par la suite, je me suis assis pour écrire, je pensais que des moyens constructifs que je pratique des soins auto pour élever émotionnellement et maintenir des relations plus riches. Prendre soin de soi est une vaste arène: notre corps sont remplis de plusieurs systèmes qui nécessitent notre attention afin de fonctionner, mais pour le moment, je veux me concentrer sur les moyens spécifiques je répondre à mon bien-être émotionnel Texas clinique de la colonne vertébrale. Je me suis arrêté pour me faire honte d’être émotionnel.

Je me sens des émotions intenses, faire preuve d’empathie avec les autres et analyser les dialogues et les gestes des amis dans ma tête comme un film sans fin. Être tellement en phase avec mes émotions peut être épuisant, mais aussi hella seul: Je me demande souvent si je ressens des émotions que les autres ne veulent pas reconnaître, si je lis dans les choses à profondément, ou s’il y a quelque chose de mal avec moi.

J’ai appris que la meilleure façon de contrôler mes émotions est de reconnaître qu’ils existent, suivre la façon dont ils changent avant, pendant et après ma période, mais le plus important: ne présente mes excuses pour eux. Pendant trop longtemps, l’expression des émotions a été vu comme une faiblesse ou un signe d’irrationalité, alors qu’en réalité, il peut être l’un de nos outils les plus puissants.

Ces derniers temps, quand je ressens quelque chose qui me impact émotionnellement, je vous embrasse et l’honneur, plutôt que de choisir ce ne tentez pas de se précipiter à travers la sensation clinique de soins de santé de la colonne vertébrale. Et si ou quand je fais lâcher, je ne regarde pas en arrière.

Je suis une féministe intersectionnelle, ce qui signifie que je peux entrer dans des arguments toute la journée tous les jours et généralement hors de défense, non pas comme une cleveland attaque volontaire institut de la colonne vertébrale de la clinique. La raison: non seulement certaines personnes ne partagent mon point de vue (ce qui est parfaitement bien), mais parfois les gens peuvent manquer de respect et de me rabaisser à cause de mes idéologies.

En tant que femme noire, je suis déjà plus sensible à un manque de respect, et la couche supplémentaire d’être une féministe exacerbe les coups sociaux je faire face. Les énergies sont une partie importante de mes vibes positives au maintien de la santé émotionnelle ainsi que curating il-donc je suis las de qui j’engage avec socialement et quand j’ai la capacité de le faire. Ainsi, j’apprends lentement à choisir mes batailles, en particulier dans les groupes mixtes où l’opinion de chacun varient.

Tous les arguments valent la peine, surtout si elles sont redondantes ou conduisent à des morts durs extrémités et je me suis rendu compte le meilleur moment pour prêter mon énergie à un différend est si elle est potentiellement éducatif, ou quelque chose de grand est en jeu. En aucun cas, est-ce une pratique simple, mais une fois que je commencé à le mettre en œuvre, je réalise que je peux mieux dormir la nuit.

J’ai enduré ma juste part des amitiés toxiques. Après avoir laissé aller d’amis problématiques que je pensais être compagnons à long terme, j’ai commencé à identifier les tendances dans nos comportements et ma surcapacité de pardonner. Il peut prendre énormément de temps à réaliser que vous êtes mis à profit ou abusé. Les femmes noires sont encouraged- enseignées, même- de se pencher en arrière pour les gens qui nous donnent moins que nous méritons, de faire des erreurs cohérentes, ou sont carrément problématique. Nous faisons des excuses pour eux et surcompenser leurs défauts, parce que nous sommes considérés comme des guérisseurs invincibles ayant des besoins de seconde main.

Un aspect de cultiver des amitiés saines implique d’être honnête au sujet de mes besoins et attentes des amitiés, mais aussi accepter les phases naturelles que les amitiés passer par, et les différents rôles des gens dans ma vie servir. J’ai trouvé que la pratique antérieure a conduit à des conversations plus profondes et une meilleure résolution de problèmes quand j’ai des problèmes avec un ami. Il nous rapproche, ou du moins nous aide à comprendre les uns les autres. Ce dernier a été plutôt la guérison, et me aide à accepter les gens pour qui ils sont et ce qu’ils sont capables de donner. Il me fait aussi d’être honnête au sujet de ce que je veux et peut donner à différentes amitiés.

"Prendre soin de soi est plus que ma méthode de me soutenir: il est un effort pour mettre un terme aux modèles historiques et familiaux qui empoisonnent ma lignée."

Je pense à ma mère, et sa mère, et sa mère, et je me demande combien la douleur générationnelle, les secrets cachés et les émotions inexplorées auraient pu être apaisées si nous pratiquons différentes façons d’exprimer nos émotions, des préoccupations et des traumatismes.

Mais encore, il est un travail difficile, difficile, et il y a tant de méthodes de soins personnels que je fais que je ne l’ai pas mentionné ou réalisé. Une partie de ce travail consiste à ma mère. Je pense à notre conversation, et se rendre compte que je dois être plus tendre avec elle, toujours la clinique de la colonne vertébrale. Comme la première femme noire, je sais, je dois prendre soin d’elle, et ce faisant, je prendrai soin de moi.