Que faire assis et les tests iq mesurent l’intelligence générale prédit la réussite scolaire et la vie.

Le Conseil-Collège mastodonte de tests standardisés qui se développe et administre la SAT et d’autres tests a revu à nouveau son produit phare département d’anesthésiologie. À compter du printemps 2016, la section d’écriture sera facultative, la section de lecture ne sera plus test « obscurs » mots de vocabulaire, et la section de mathématiques mettra davantage l’accent sur la résolution des problèmes avec pertinence dans le monde réel. Dans l’ensemble, comme le College Board explique sur son site Web, « Le SAT redessiné sera plus étroitement refléter le véritable travail de collège et de carrière, où une commande souple des preuves se trouve dans le texte ou graphique [sic] -est plus important que jamais. »

Le fait est émoussé que le SAT n’a jamais été un bon indicateur de réussite scolaire au collège. notes du secondaire ajustées pour tenir compte du programme et des programmes d’études dans le lycée à partir de laquelle un étudiants diplômés sont. Le mécanisme essentiel de la SAT, la question multiple de test de choix, est une relique bizarre de longues dépassées 20 e siècle hypothèses scientifiques sociales et des stratégies.

Mais cet argument est faux. La SAT fait prédire le succès à l’université, pas tout à fait, mais relativement bien, en particulier étant donné qu’il ne prend que quelques heures pour administrer. Et, contrairement à un « portrait complexe » de la vie d’un étudiant, il peut être marqué de manière objective. (Dans un récent New York Times op-ed, l’Université de psychologue New Hampshire John D. Mayer décrit avec justesse la validité de la SAT comme une « réussite étonnante ».) Dans une étude publiée dans Psychological Science, Université de chercheurs du Minnesota Paul Sackett, Nathan Kuncel, et leurs collègues ont étudié la relation entre les scores SAT et les notes de collège dans un très grand échantillon: près de 150 000 étudiants de 110 collèges et universités résidence en anesthésiologie. SAT scores prédits collège de première année GPA au sujet, ainsi que des notes élevées de l’école a fait, et la meilleure prédiction a été obtenue en tenant compte de ces deux facteurs. Botstein, Boylan et Kolbert sont soit pas au courant de ces données empiriques, et largement diffusés directement pertinents, facilement accessibles, ou ils ont décidé de l’ignorer et de fonder leurs prétentions sur l’intuition et l’anecdote ou peut-être sur leurs croyances au sujet de la façon dont le monde devrait plutôt que la façon dont il est.

En outre, contrairement à la croyance populaire, il est non seulement la première année collège GPA que SAT scores prédisent. Dans une étude de quatre ans qui a commencé avec près de 3 000 étudiants, une équipe de chercheurs de l’Université Michigan State dirigé par Neal Schmitt a constaté que le niveau de test (SAT ou ACT-selon l’étudiant a) corrélé fortement avec GPA cumulative à la fin de la quatrième an. Si les élèves ont été classés sur leurs deux scores de test et GPAs cumulatifs, ceux qui ont obtenu des scores de test dans la moitié supérieure (au-dessus du 50 e percentile ou médiane) aurait eu une chance à peu près les deux tiers d’avoir une moyenne pondérée cumulative en haut moitié. En revanche, les élèves avec des scores moitié inférieure SAT serait seulement un tiers susceptible de se rendre à la moitié supérieure de GPA.

Les résultats des tests ont aussi prédit que les élèves ont obtenu leur diplôme: Un étudiant qui a marqué dans les sur la SAT ou ACT 95 e percentile était d’environ 60 pour cent plus susceptibles d’obtenir leur diplôme d’un étudiant qui a marqué dans le 50 e percentile anesthésiologie en ligne. De même une preuve impressionnante confirme la validité des homologues des écoles de deuxième cycle de la SAT: les Graduate Record Examinations, l’école de droit d’admission de test, et le test Graduate Management Admission. Un article scientifique 2007 résume les preuves succinctement: « Les tests d’admission standardisés ont des relations positives et utiles avec les réalisations des élèves suivantes. »

Les scores SAT prédisent même succès au-delà des années de collège. Depuis plus de deux décennies, les chercheurs de l’Université Vanderbilt David Lubinski, Camilla Benbow, et leurs collègues ont suivi les réalisations des personnes qui, dans le cadre d’une recherche de jeunes talents, se sont classés dans le top 1 pour cent sur la SAT par âge 13. Remarquablement, même au sein de ce groupe d’élèves doués, buteurs supérieurs étaient non seulement plus susceptibles d’obtenir des diplômes avancés, mais aussi plus de chances de réussir en dehors du monde universitaire. Par exemple, par rapport aux personnes qui « seulement » se sont classés dans le top 1 pour cent, ceux qui ont obtenu au dixième sommet de 1 pour cent, le très doué étaient deux fois plus susceptibles que les adultes d’avoir un revenu annuel dans la partie supérieure 5 pour cent des Américains.

Il est vrai que contexte économique est en corrélation avec les scores SAT. Les enfants de familles aisées ont tendance à faire mieux sur la SAT. Cependant, la corrélation est loin d’être parfait. Dans l’Université du Minnesota étude de près de 150 000 étudiants, la corrélation entre le statut socio-économique, ou SES, et SAT n’était pas banal, mais pas énorme. (Une corrélation parfaite a une valeur de 1, celui-ci était .25.) Cela signifie qu’il ya beaucoup d’étudiants à faible revenu qui obtiennent de bons scores sur la SAT; il y a même des chances d’être étudiants à faible revenu parmi ceux qui atteignent un score parfait sur la SAT.

Ainsi, tout comme il a été conçu à l’origine à faire, la SAT va en fait un long chemin à uniformiser les règles du jeu, ce qui donne aux élèves l’occasion de se distinguer indépendamment de leurs origines anesthésiologie clinique. Scoring bien sur la SAT peut en fait être la seule cette possibilité pour les étudiants qui obtiennent leur diplôme dans les écoles secondaires publiques qui sont considérés par les admissions des collèges bureaux comme sur le plan scolaire faible. Dans une lettre à l’éditeur, un lecteur de l’article New Yorker d’Elizabeth Kolbert sur la SAT a fait bien ce point:

La SAT peut être la bête noire des parents de la classe moyenne supérieure essayant de lancer leurs enfants sur un chemin de la réussite. Mais parfois, l’obstacle d’une personne est le tremplin d’une autre personne. Je suis la fille d’un père immigrant unique, qui n’a jamais fréquenté le collège, et un bon score SAT était l’une des réalisations qui me catapulté dans l’université phare de mon état et, de là, à l’école de médecine. Viciée si elle est, la SAT m’a donné, car il a des milliers d’autres, un moyen de prouver qu’un pauvre, enfant de l’école publique qui n’a jamais eu de préparation de test peut faire tout aussi bien, sinon mieux que, son meilleur cours pairs au large.

En outre, contrairement à ce que Boylan implique dans son morceau Times, « cours préparatoires crash » ne changent pas SAT scores d’histoire de l’anesthésie ppt. La recherche a montré de façon constante que les cours de préparation ont seulement un petit effet sur SAT scores et un effet beaucoup plus faible que le test des entreprises de préparation affirment qu’ils font. Par exemple, dans une étude d’un échantillon aléatoire de plus de 4000 étudiants, l’amélioration moyenne du score global sur la SAT « vieux », qui avait une plage de 400 à 1600, était pas plus de 30 points.

Enfin, il est clair que SES est pas ce qui explique le fait que les scores SAT prédire le succès au collège. Dans l’Université d’étude du Minnesota, la corrélation entre le lycée et le collège GPA SAT était pratiquement inchangé après les chercheurs ont contrôlé statistiquement l’influence de SES. Si les scores SAT étaient juste un proxy pour privilège, mettre SES dans le mélange aurait dû éliminer, ou au moins considérablement diminué, l’association entre la SAT et la performance de l’université combien de temps est résidence en anesthésiologie. Mais il ne l’a pas. Ceci est la preuve que plus Boylan donne ou choisit d’ignorer.

Tout cela signifie que la SAT mesure quelque chose, une caractéristique stable de lycéens autres que leurs revenus qui se traduit par des parents dans la réussite à l’université. Et ce pourrait être cette caractéristique? Intelligence générale. Le contenu de la SAT est pratiquement impossible à distinguer de celle des tests d’intelligence standardisés que les sociologues utilisent pour étudier les différences individuelles et que les psychologues et les psychiatres utilisent pour déterminer si une personne est une déficience intellectuelle et même si une personne doit être épargné l’exécution dans les États qui ont la peine de mort. Les scores du SAT sont en étroite corrélation avec des scores très sur le QI tests si fortement que le savant de l’éducation Harvard Howard Gardner, connu pour sa théorie des intelligences multiples, une fois appelé la SAT et d’autres mesures scolaires « à peine déguisées » tests d’intelligence.

On pourrait bien sûr faire valoir que le QI est aussi dénuée de sens et beaucoup ont journal anesthésiologie. Par exemple, dans son best-seller L’animal social, David Brooks a affirmé que « une fois que vous avez passé quelques corrélations assez évidentes (les gens intelligents font de meilleurs mathématiciens), il existe une relation très lâche entre les résultats de QI et de la vie. » Et dans un récent Huffington Post article, psychologues Tracy Alloway et Ross Alloway a écrit que

Mais cet argument est faux aussi. En effet, nous savons aussi bien que tout ce que nous savons en psychologie que le QI prédit de nombreuses mesures de succès philippines conseil d’anesthésiologie. Pièce A est une preuve de la recherche sur la performance de l’emploi par l’Université de l’Iowa psychologue industriel Frank Schmidt et son regretté collègue John Hunter. Synthétisant les données concrètes de près d’un siècle d’études empiriques, Schmidt et Hunter ont établi que la capacité-général mentale trait psychologique que les scores de QI reflètent-est le meilleur prédicteur de la réussite de la formation professionnelle, et qu’il tient compte des différences de rendement au travail, même chez les travailleurs atteints plus d’une décennie d’expérience. Il est plus prédictif que les intérêts, la personnalité, la vérification des références et des performances d’entrevue. Les gens intelligents ne font pas seulement de meilleurs mathématiciens, comme Brooks observé, ils font de meilleurs gestionnaires, employés, vendeurs, travailleurs de services, les conducteurs de véhicules et de soldats.

QI prédit d’autres choses qui comptent, aussi, comme le revenu, l’emploi, la santé, et même la longévité. Dans une étude de 2001 publiée dans le British Medical Journal, les chercheurs écossais Lawrence Whalley et Ian Deary ont identifié plus de 2000 personnes qui avaient participé à l’enquête écossaise mentale de 1932, une évaluation nationale du QI. Remarquablement, les personnes ayant un QI élevé à 11 ans étaient plus beaucoup plus susceptibles de survivre à la vieillesse que des gens avec un quotient intellectuel inférieur. Par exemple, une personne avec un QI de 100 (la moyenne de la population générale) était de 21 pour cent plus susceptibles de vivre à l’âge de 76 qu’une personne avec un QI de 85 médecine anesthésiologie et de la douleur. Et la relation entre le QI et la longévité reste statistiquement significative, même après la prise en compte SES. Peut-être que le QI reflète les ressources mentales les compétences que le raisonnement et la résolution des problèmes des gens peuvent apporter à porter sur le maintien de leur santé et prendre des décisions sages tout au long de la vie. Cette explication est étayée par la preuve que les individus plus-QI adoptent des comportements de santé plus positifs, tels que de décider d’arrêter de fumer.

QI est bien sûr pas le seul facteur qui contribue à des différences dans les résultats comme la réussite scolaire et le rendement au travail (et la longévité). Les psychologues savent depuis plusieurs décennies que certains traits de personnalité ont également un impact. L’une est la conscience, ce qui reflète la maîtrise de soi, la discipline et la rigueur d’une personne. Les gens qui sont riches en gratification de retard de conscience pour faire leur travail, les tâches de finition qu’ils commencent, et sont prudents dans leur travail, alors que les personnes qui sont faibles en conscience sont impulsifs, undependable et insouciante (comparer Lisa et Bart Simpson). L’Université de psychologue Pennsylvanie Angela Duckworth a proposé une caractéristique étroitement liée qu’elle appelle « grain », qu’elle définit comme une personne « tendance à maintenir l’intérêt et les efforts vers très objectifs à long terme », comme la construction d’une carrière ou d’une famille.

Duckworth a fait valoir que ces facteurs peuvent être encore plus important comme facteurs prédictifs de succès que le QI. Dans une étude, elle et collègue UPenn Martin Seligman a constaté qu’une mesure d’auto-contrôle recueillies au début de la huitième année en corrélation deux fois plus fortement avec des notes de fin d’année que le QI a fait. Cependant, les résultats des méta-analyses, qui sont plus révélatrices que les résultats d’une étude individuelle, indiquent que ces facteurs ne sont pas un effet plus important que le QI ne sur les mesures de rendement scolaire et le rendement au travail. Ainsi, alors il semble clair que des facteurs comme la conscience, sans parler de compétences sociales, la créativité, l’intérêt et le succès de la motivation influence-faire, ils ne peuvent pas prendre la place du QI.

Compte tenu de tout ce que les sociologues ont appris sur le QI et sa large validité prédictive, il est raisonnable d’en faire un facteur dans les décisions qui, comme à la location pour un emploi ou un collège avouent particulier ou une université. En fait, sans tenir compte QI par l’admission des étudiants aux collèges ou embaucher des personnes pour des emplois où ils sont très susceptibles d’échouer, est préjudiciable tant aux individus et à la société de classement résidence en anesthésiologie. Par exemple, dans les professions où la sécurité est primordiale, les employeurs pourraient être incités à intégrer des mesures de la capacité cognitive dans le processus de recrutement. Et surtout, les politiques des organisations publiques et privées devraient être fondées sur des preuves plutôt que l’idéologie ou un vœu pieux.